Que faire après le concours d’auxiliaire de puériculture ?

Les modalités d’admission aux formations conduisant aux diplômes d’auxiliaire de puériculture ont été modifiées à la suite de l’Arrêté du 7 avril 2020. Le principal changement concerne la suppression des épreuves écrites d’admissibilité, remplacée par un dossier de candidature.  Les candidats admissibles seront convoqués pour une épreuve orale d’admission. Par la suite, ils passeront un concours pour entrer en école d’auxiliaire de puériculture.

Après avoir suivi une formation d’auxiliaire de puériculture, l’auxiliaire de puériculture doit être titulaire d’un DE (Diplôme d’Etat) auxiliaire de puériculture pour travailler auprès des enfants. Selon ses préférences, elle peut travailler dans différentes structures du secteur public ou du secteur privée.

L’auxiliaire de puériculture dans les établissements d’accueil du jeune enfant (EAJE)

L’auxiliaire de puériculture peut choisir d’exercer son métier dans les établissements d’accueil du jeune enfant (EAJE). Dans ces différentes structures, l’auxiliaire de puériculture veille à la santé de chaque enfant. Elle propose des activités d’éveil et des jeux adaptés aux besoins des enfants en s’appuiyant sur le projet pédagogique et éducatif mis en place dans l’établissement. Elle est également amenée à travailler avec d’autres professionnels de la petite enfance. Elle peut travailler dans les EAJE suivants :

  • Crèche
  • Micro-crèche
  • Halte-galerie
  • Centre de loisirs
  • Centre de vacances
  • Jardin d’enfants
  • Jardin d’éveil

L’auxiliaire de puériculture en milieu hospitalier

L’auxiliaire de puériculture peut également choisir de travailler en milieu hospitalier. Elle travaillera sous la responsabilité d’un professionnel de la santé, généralement une infirmière, puéricultrice ou sage-femme. Elle peut exercer dans différentes services comme en :

  • Pédiatrie
  • Maternité
  • Réanimation 

Dans ces différents services, l’auxiliaire de puériculture aide les professionnels de santé en apportant des soins d’hygiène aux bébés. Elle veille à la santé du nouveau-né, s’assure de la sécurité et du confort de l’enfant, et est attentive aux inquiétudes des parents.

L’auxiliaire de puériculture en PMI et établissement médico-sociaux

Les centre PMI (Protection Maternelle Infantile) et les établissements médico-sociaux comme en pouponnière de l’ASE (Aide sociale à l’enfance), sont aussi des lieux où l'auxiliaire de puériculture peut travailler. Proche des enfants, elle protège les enfants et les aide dans les tâches de la vie quotidienne.

Des possibilités d’évolutions pour l’auxiliaire de puériculture

Après avoir exercé trois ans en tant qu’auxiliaire de puériculture, des évolutions sont possibles. En poursuivant formation, elle pourra devenir éducatrice de jeunes enfants ou s’inscrire au concours d’entrée en institut de formation en soins d’infirmiers. Elle peut également préparer un diplôme d’aide-soignant ou DAES (Diplôme d’Etat d’Accompagnement Educatif et social).

L’auxiliaire de puériculture a donc le choix de son lieu d’exercice. Elle est un repère pour les enfants car régulièrement à leur contact. Elle participe à leur bien-être et à leur développement tout en s’adaptant à la structure dans laquelle elle travaille.

Avons-nous répondu à votre question ?