Quelles formations faut-il suivre pour devenir auxiliaire de puériculture ?

Une formation d’auxiliaire puériculture permet de travailler auprès d’enfants dans une structure d’accueil. L’auxiliaire exerce au sein de crèches ou encore de maternités où il/elle accompagne les enfants âgés de 3 mois à 3 ans dans leur apprentissage. Quels parcours permettent d’accéder à ce métier ?


Professionnel de la petite enfance : les formations disponibles

Avant d’intégrer des établissements d’accueil, l’auxiliaire de puériculture alterne périodes de formation et stages pratiques. Il existe trois modalités de formation d'auxiliaire de puériculture. Celle-ci peut en effet se dérouler en formation initiale, en formation continue ou en apprentissage. D’une durée d’un an, la formation permet d’obtenir le diplôme d'État d'Auxiliaire de Puériculture (DEAP) de niveau 5. 


Les critères pour intégrer la formation de DEAP

Pour l’admission à cette formation il faut toutefois répondre à deux conditions qui sont :

  • Avoir au minimum 17 ans à la date d’entrée en formation
  • Avoir réussi le concours d’entrée en IFAP (Institut de Formation Auxiliaires de Puériculture), accessible sans diplôme préalable

Bien qu'il existe différentes formations, elles respectent toutes un tronc commun basé sur des activités pratiques et des modules de formation théorique. Le diplôme se compose ainsi de 1 435 heures d'enseignements dont 17 semaines (595h) de modules théoriques et cliniques proposés en IFAP. Plusieurs stages réalisés dans différentes structures sur un total de 24 semaines (840h) viennent également compléter la formation.


Métier auxiliaire de puériculture : des compétences multiples nécessaires

L’auxiliaire de puériculture travaille en collaboration avec les parents et les autres professionnels de la petite enfance (pédiatre, sage-femme, infirmier ou l’infirmière puéricultrice, psychomotricien, éducateur de jeunes enfants, etc.). Il/elle doit posséder de multiples compétences abordées durant la formation professionnelle au sein de 8 modules. Ceux-ci abordent à la fois :

  • L'accompagnement de l’enfant dans ses activités de la vie quotidienne
  • La capacité à apprécier l’état clinique d’une personne à tout âge de sa vie
  • La capacité à dispenser des soins adaptés aux enfants (préparation des biberons, change, soin des yeux, traitement de la fièvre, etc.)
  • La connaissance liée aux notions d’ergonomie (gestes et postures, prévention des risques, charge physique et mentale)
  • La maîtrise de la relation et de la communication avec l’enfant et son entourage
  • La maîtrise des techniques d’hygiène des locaux et du matériel
  • La transmission des informations
  • L'organisation du travail

Après 3 ans d'expérience, la carrière de l'auxiliaire de puériculture peut évoluer puisqu’il peut se présenter à l'examen d'admission en Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI) ou bien se diriger vers une formation d'Educateur de Jeunes Enfants.

Avons-nous répondu à votre question ?