Comment passer d’Auxiliaire de Puériculture à Puéricultrice ?

Le travail auprès d’enfants englobe divers métiers tels que ceux d’Assistantes Maternelles,  Educateurs de Jeunes Enfants, Auxiliaires de Puériculture ou encore Puéricultrice. Voici donc tout ce que vous devez savoir pour bien différencier la puéricultrice de l’auxiliaire de puériculture.
 

Auxiliaire de puériculture et puéricultrice : quelles différences ? 

L’auxiliaire de puériculture et la puéricultrice travaillent souvent ensemble au sein de la structure d’accueil de jeunes enfants. Toutefois, leurs formations, leurs missions et leurs responsabilités ne sont pas les mêmes. En effet, en ce qui concerne la formation :

  • L’Auxiliaire de puériculture possède un DEAP (Diplôme d’État d’Auxiliaire de Puériculture). L’accès à la formation, d’une durée de 10 mois, se fait sur dossier via Parcoursup
  • La puéricultrice doit d’abord posséder un diplôme de type DEI (diplôme d’état d’infirmier Bac+3) ou un diplôme de sage-femme (bac+4) avant de tenter le concours d’entrée à l’école de puériculture qui délivre un DEP (diplôme d’État de puériculture). La formation se déroule sur une année.

L’autre grande différence entre l'Auxiliaire de Puériculture et la Puéricultrice réside dans les missions qui leur sont attribuées :

  • L’Auxiliaire de Puériculture est généralement responsable d’un petit groupe d’enfants (entre 5 et 8) âgés de 3 mois à 3 ans. Elle accompagne les tout-petits dans leur éveil et leur développement. Elle assure leur sécurité physique et affective, leur épanouissement à travers diverses activités d’éveil, les soins du quotidien (change, sommeil, alimentation, etc.) ainsi que l’apprentissage de l’autonomie. Elle participe également à l’entretien des locaux.
  • La Puéricultrice se charge à la fois d’accompagner et de conseiller les familles dans la maternité et leur rôle de parents, d’organiser et d’animer les ateliers pour les enfants, d’assurer les soins quotidiens et les soins infirmiers mais aussi d'accompagner les enfants dans l'acquisition de la propreté. Ses responsabilités comprennent également des missions administratives et de management. Elle se charge de l'élaboration du projet pédagogique, elle assure la continuité de la direction lorsque le responsable de l’établissement est absent, elle assure la cohésion d’équipe et se charge de recruter les professionnels en collaboration avec le pôle RH et la direction. 


Comment devenir puéricultrice ? 

Avant de devenir Puéricultrice, il est nécessaire de suivre des études d'infirmière ou de sage-femme au sein d’un centre hospitalier, d’une école ou de différents instituts de formation en soins infirmiers. Ensuite, les diplômés ont la possibilité de se spécialiser dans le secteur de la petite enfance, en passant le concours de puéricultrice (épreuve écrite et orale). S’ils sont acceptés, ils peuvent effectuer une reprise d’étude et obtenir leur diplôme après 650h de cours théoriques et pratiques, 710h de stages cliniques et 140h de travaux dirigés.
La puéricultrice, également appelée infirmière puéricultrice, peut donc dispenser des soins infirmiers à l’enfant. Elle peut aussi bien travailler en PMI (protection maternelle et infantile) qu’en crèche privée ou publique ou en établissement de santé. 

L’Auxiliaire de Puériculture dispose quant à elle d’un DEAP, diplôme équivalent au CAP petite enfance (diplôme de niveau V), pouvant être obtenu en une année scolaire. Il est possible d'étudier au sein d’un institut de Formation d’Auxiliaire de Puériculture, d’un institut de Formation aux Soins Infirmiers, d’un institut pour les Aides-Soignants, d’une école de santé ou encore d’une école d’assistant social. 
Pour passer d’Auxiliaire de Puériculture à Puéricultrice il convient de faire une reprise d’étude afin d’obtenir un diplôme d'infirmière ou de sage-femme pour ensuite intégrer une école de Puériculture. L’aide-soignante et l’Auxiliaire de Puériculture peuvent toutefois être dispensées de certains enseignements et stages lors de la formation de puéricultrice si elles justifient d’au moins 3 ans d’expérience professionnelle et si elles réussissent l’examen d’admission.

 

Avons-nous répondu à votre question ?