paroles de professionnels

Rouler, grandir grâce aux « roulants » !

13/04/2015


La crèche Babilou Collange a défini la liberté et l’action motrice comme fils conducteurs éducatifs. Voitures avec ou sans volant, motos à trois ou deux roues, tricycles, chariots de marche, poussettes..., l’équipe propose aux enfants du matériel dit « roulant » en libre disposition toute la journée. Partage d’observations de professionnels.

 

 

« Proposer plusieurs types de roulants, c’est offrir à l’enfant le choix d’accéder à celui sur lequel il est le plus à l’aise. Les tricycles hauts sont explorés aussi par les plus jeunes. Ils les manipulent dans tous les sens et observent les plus grands les utiliser. Quand ils se sentent prêts, les enfants montent enfin dessus en exprimant beaucoup de fierté, émotion indispensable pour construire la confiance en soi. Cela demande de la part de l’équipe une observation très fine de l’enfant, de ses besoins et de ses capacités, et des postures d’accompagnement par le regard et la verbalisation… et non d’intervenir trop vite ! ».

Sabrina POZNANSKY, éducatrice de jeunes enfants, directrice

 

« Les motos à deux roues sont très demandées par les enfants. C’est un bon moyen pour eux de se « défouler » tout en canalisant leur énergie. Plus elles sont proposées, plus les gestes de l’enfant sont précis et contrôlés. Il parvient à freiner, à contourner un obstacle, tout en prenant beaucoup de plaisir. Les enfants peuvent ainsi imiter le monde des adultes tout en développant leur équilibre. Grâce à ce matériel, les enfants entrent facilement en contact les uns avec les autres, ils s’imitent, se dépassent et interagissent de façon positive ».      

Joëlle JEAN, auxiliaire de puériculture

 

Ces confrontations physiques dans le jeu permettent de dépasser les manifestations émotionnelles parfois maladroites des prémices de la socialisation. Ainsi, ils jouent leurs capacités sociales par l’action et le mouvement en maîtrisant peu à peu leurs propres débordements.

 

« Les roulants peuvent également avoir un côté apaisant. J’ai beaucoup observé des enfants qui pleuraient puis se calmaient rapidement en se dirigeant vers une voiture. Ce matériel est très investi lors de la séparation du matin. Il aide l’enfant à quitter son parent dans de bonnes conditions ».    

Mégane DA SILVA ALVES, auxiliaire petite enfance

 

L’aller-retour physique dans le jeu permet à l’enfant de jouer l’ambivalence de ses émotions : rester avec le parent et/ou partir à la découverte. Ainsi, le mouvement et l’aventure prennent le dessus par le jeu à libre disposition.

 

« Les charriots de marche sont disponibles auprès de tous, petits et grands. Chaque enfant l’investit comme il le souhaite. Chez les plus petits, c’est le plaisir de se mettre debout, de se déplacer et d’appréhender la vitesse. Le chariot leur apporte un sentiment de sécurité par le maintien qu’il leur donne. Chez les plus grands, le même jeu s’agrandit d’une sphère symbolique : « Je pars au marché », « Téa, tu montes dedans ? ». L’enfant fait vivre le chariot dans ses jeux, auprès des adultes, l’utilise seul ou à plusieurs et peut ainsi interagir avec les autres enfants ». 

Alix DUBOIS COUTANT, éducatrice de jeunes enfants

 

Partagez cet article

Partager sur Facebook Partager sur Viadeo Partager sur Twitter Partager sur Linkedin


Retrouvez toutes nos paroles de professionnels