La socialisation chez le tout-petit

socialisation-enfants-image_babilou

Pour le tout-petit, comprendre que l’autre a des goûts et des envies différents des siens est LE challenge de la socialisation ! En l’apprenant, il pourra accepter l’autre dans sa singularité et créer sa propre personnalité.

Qu’est-ce que la socialisation ?

Le bébé est un être social. Il a un besoin vital d’entrer en relation active avec son entourage.

A travers le jeu, il est possible d’observer l’évolution de la socialisation de l’enfant :

  • Dès les premiers mois, le bébé joue avec sa famille proche, souvent en duo.
  • Puis, l’enfant joue à proximité d’un adulte attentif, il construit ainsi sa sécurité affective.
  • L’enfant s’éloigne ensuite peu à peu en maintenant un lien (le regard, le sourire, de nombreux aller-retours vers l’adulte…) car il en a besoin pour remplir son « réservoir affectif ». 
  • Ensuite, l’enfant joue à côté d’un autre, en l’imitant et en utilisant les mêmes jouets. C’est le début des jeux entre enfants et parfois… Des relations conflictuelles ! L’enfant prend le jouet de l’autre car c’est surtout le plaisir qu’a l’autre enfant avec l’objet qu’il veut attraper.
  • Enfin, le tout-petit joue avec un puis plusieurs enfants autour des jeux de construction ou d’imitation (petites voitures, déguisement…).

Qu'est-ce qu'un réservoir affectif ?

Jeux, massages, câlins et écoute de l'adulte... Pour qu'un enfant puisse s'épanouir sereinement, il a besoin de remplir son réservoir affectif selon Isabelle Filliozat, Psychothérapeute.

Dès son plus jeune âge, l’enfant a déjà ses propres affinités relationnelles. Ses « collègues » de crèche ne sont donc pas forcément ses « copains » !

L’enfant joue également de façon différente à la crèche et à la maison. Et dans un nouvel endroit, à un diner chez des amis par exemple, l’enfant a un comportement encore différent car il a besoin de se sécuriser.

La socialisation : un défi pour le tout-petit !

Entrer en relation avec l’inconnu demande beaucoup d’énergie au tout-petit. Avez-vous déjà vu un enfant se cacher derrière les jambes d’un de ses parents ? Pour se détacher de l’adulte, le jeune enfant a besoin d’être bien « attaché ». Et quand il vit de grosses émotions, il a besoin de retrouver son port d’attache pour libérer son trop-plein émotionnel.  Accompagné par un regard bienveillant, des gestes tendres ou la confiance de l’adulte, l’enfant deviendra peu à peu plus audacieux et se sentira sécure pour partir à l’aventure !

Sylviane Giampino, psychologue pour enfant et psychanalyste

La famille est le « port d’attache » du tout-petit.

La crèche est l’un des premiers lieux socialisants de la famille avant l’école ou les activités sportives. Les professionnels de la petite enfance sont alors des co-éducateurs, avec les parents. Au sein de l’établissement, ils récréent un port d’attache grâce à la période de familiarisation, avec un accueillant dédié, ou des repères matériels (le lit, une place sur le tapis…).

Comment intégrer et reproduire les codes sociaux ?

Hurler, mordre, taper ou même lancer des objets… Les relations du tout-petit peuvent sembler un peu « sauvages » ! En effet, le jeune enfant a besoin de modèles pour intégrer les codes sociaux. Par exemple, si votre enfant n’a pas envie de dire bonjour à vos invités, vous pouvez l’inviter à aller ouvrir la porte pour les accueillir. Ça sera sa façon à lui de les saluer sans à avoir à faire de bisous. 

De nombreuses rencontres peuvent être des occasions pour l’enfant de s’entrainer à reproduire puis intégrer les codes sociaux. Square, commerces, repas en famille ou entre amis… Osez varier les lieux où vous vous rendez avec votre tout-petit !

Certains jouets encouragent également les relations sociales

  • Les ballons invitent au partage
  • Les petites voitures favorisent les allers-retours entre enfants
  • Les jeux de société apprennent à l’enfant à attendre son tour
  • Les livres offrent un temps d’intimité et de conversations

La petite enfance : les bases des relations sociales

La socialisation est un processus long, revisité au moment de l’adolescence à partir des acquis de la petite enfance. A cette période, l’enfant développe déjà ses habilitées sociales. Lorsque les premières expériences sociales lui procurent du plaisir, elles vont attiser sa curiosité et son envie d’échanger avec ses pairs. L’enfant tâtonne, fait des essais et des erreurs… Il a besoin de temps pour renouveler ses expériences ! Parfois, elles peuvent aussi être moins agréables. C’est pourquoi, accompagner l’enfant dans ses premières relations sociales est indispensable.

Les neurosciences montrent que le tout-petit possède d’immenses capacités d’empathie et d’altruisme, acquises bien avant ses premiers mots. Valoriser ces capacités dès le plus jeune âge, permet ainsi de temporiser l’importance de certaines valeurs comme la compétition ou la réussite.

Différents selon les cultures et les familles, les codes sociaux permettent à l’enfant de s’ouvrir au monde. Pour cela, n’hésitez pas à favoriser les rencontres, les voyages et même le multilinguisme