Comment ouvrir une micro-crèche ?

Structure d’accueil à effectif réduit, la micro-crèche séduit par son offre de 10 places maximum. Les tout-petits côtoient les plus grands, formant un groupe hétérogène d’enfants de 2 mois et demi à 3 ans. Seulement, créer une crèche implique des prérogatives budgétaires et réglementaires qu’il faut connaître. Découvrez comment ouvrir une micro-crèche.

Qu’est-ce qu’une micro-crèche ?

A la différence des crèches classiques, la micro-crèche se distingue par le nombre de places qu’elle propose. Accueillant 10 enfants au maximum, ces d’établissements d’accueil permettent aux enfants âgés de 2 mois et demi à 3 ans d'interagir entre eux sans être répartis par groupes du même âge. 

Les types d’accueil proposés par ce mode de garde peuvent être réguliers ou occasionnels, de 1 à 5 jours par semaine. Ce sont les parents qui vont faire la demande auprès de l’établissement ou du gestionnaire selon leurs besoins.

Pour les parents, les frais de garde sont généralement plus élevés qu’en structure classique. Cette différence vient du mode de fonctionnement de la micro-crèche : prestation de service unique (PSU) ou prestation d’accueil du jeune enfant (PAJE). En effet, les micro-crèches sont généralement sur un mode de fonctionnement type PAJE: dans ce cadre, les familles peuvent tout de même bénéficier d’une aide financière de la CAF avec le Complément de libre choix du Mode de Garde.

L’aide fournie aux parents via le Complément de libre choix du Mode de garde varie selon la situation des parents (revenu du foyer, âge de l’enfant et nombre d’enfants à charge).

Comme toutes les crèches, la micro-crèche se compose d’une équipe de professionnels qui proposent et appliquent un projet pédagogique tourné vers l’autonomie de l’enfant. Pour inscrire son enfant en crèche, les parents peuvent s’adresser directement aux micro-crèches.

Découvrir les différents types de crèches

Quel budget pour ouvrir une micro-crèche ?

Un projet de micro-crèche implique, en amont, une étude de marché. Il faut rapidement identifier un local adapté à l’accueil de jeunes enfants. Ce local peut être une maison ou un appartement, dans la mesure où il respecte les conditions de sécurité des établissements accueillant du public et si il est aménagé pour répondre aux besoin des enfants.

Son emplacement doit être choisi avec soin et stratégiquement pour faciliter l’accès aux familles. Bien placé et accessible, proche des transports ou avec un parking, avec un espace extérieur ou non, les critères de choix sont nombreux et reflètent l’ambition et le projet pédagogique qui sera proposé dans l’établissement.

Des coûts de travaux peuvent être à prévoir pour respecter les normes de sécurité. La crèche peut ainsi obtenir l’autorisation d’ouverture auprès du Conseil départemental et bénéficier d'un avis favorable de la PMI (Protection Maternelle et Infantile). Des frais d’investissement pouvant s’élever à plus de 100 000 € sont à prendre en compte dans la création de la micro-crèche. Pour solliciter un financement auprès des banques, l’apport personnel doit être de l’ordre de 15 à 30 % du montant demandé. En élaborant le Business plan, il est également important d’inclure dans le plan prévisionnel une activité avec un faible taux d’occupation pour la première année.

Quel diplôme pour ouvrir une micro-crèche ?

Le créateur de la structure et le dirigeant de micro-crèche n’ont pas besoin de posséder de diplôme spécifique dans le domaine de la petite enfance, contrairement aux crèches conventionnelles.

Cependant, son équipe encadrante doit être à 40 % composée de diplômés du secteur de la petite enfance ou de puériculture, dont un éducateur de jeunes enfants, du personnel médical ainsi qu’un psychologue ou un psychomotricien. Les autres membres de l’équipe sont généralement des professionnels de la petite enfance ayant un CAP petite enfance comme les auxiliaires petite enfance.

Trouver une place en crèche Babilou

Avons-nous répondu à votre question ?