paroles de professionnels

Sommeil de votre enfant : les réponses à vos questions

15/03/2019


Souvent variable durant les premières années de vie d’un bébé, le sommeil peut être un sujet d’inquiétude pour tout jeune parent. Même si quelques astuces peuvent faciliter l’endormissement, le lâcher prise, la tendresse et la patience restent les maîtres mots pour passer cette période en douceur. A l’occasion de la journée nationale du sommeil, Fadia Matta-Regimbau, Médecin Référent du groupe Babilou répond à 3 questions de parents concernant le sommeil de leur enfant.

 

 

Bonjour ma fille de 8 mois se réveille plusieurs fois durant la nuit. Dès que je lui donne du lait elle se rendort, puis se réveille à nouveau vers 5h du matin et ne veut pas se rendormir avant 6h. Pourtant depuis sa naissance elle a eu un cycle régulier, avec un coucher vers 20h et dormait correctement pendant ses 4 premiers mois.  

 

« Le sommeil du bébé est variable durant les premières années de sa vie. Votre enfant peut très bien avoir fait des nuits sans réveil pendant plusieurs mois puis passer une période avec de nombreux réveils pendant la nuit, c’est tout à fait normal. Rassurez-vous, son sommeil va se stabiliser avec le temps.

 

En revanche, il peut être tout de même intéressant de s’intéresser à ses repas : est-ce qu’ils sont assez caloriques ? Peut-être qu’un biberon le soir n’est plus suffisant et que votre enfant a besoin de manger quelque chose de solide en plus.

 

Il est important aussi que les heures de coucher et de lever soient régulières en semaine comme le weekend, ainsi que les heures de repas. Les changements d’horaires peuvent entrainer des modifications dans le rythme du sommeil. »

 

 

Mon fils a 26 mois, il se réveille et le seul moyen pour qu'il se rendorme est que je me couche avec lui. Il a commencé à faire cela depuis son entrée en crèche (vers 13 mois). Pourtant je le couche à 20h, sans problème et il s'endort de suite.

 

« Chez le jeune enfant, les rituels sont très influents dans son comportement. S’il a pris l’habitude de s’endormir avec vous, en étant bercé, il va chercher à retrouver ce rituel lorsqu’il se réveille dans la nuit. Vous pouvez faire évoluer et changer ces rituels en les accompagnant en douceur avec bienveillance.

 

Sans oublier que le changement de rituel va aussi se faire plus ou moins facilement selon l’attitude du parent. Par exemple, si votre enfant sent que ses deux parents ne sont pas en accord quant à ce nouveau rituel, il ne va pas l’accepter. De la même manière s’il sent que l’un de ses parents est inquiet ou stressé à l’idée que son bébé ne s’endorme pas, il va ressentir ce stress et peut avoir plus de mal à dormir.

 

Pour faciliter son endormissement vous pouvez aussi lui expliquer, avec beaucoup de bienveillance et d’amour que vous aussi avez besoin de sommeil et de repos. Vous pouvez, par exemple, lui dire : « Tu sais papa et maman ont besoin de dormir. Et quand on est bien reposé on peut faire encore plus d’activités avec toi ». Sans passer par la menace, la verbalisation avec tendresse, peut aider votre enfant à comprendre votre ressenti. »

 

 

Bonjour ma fille a 2 ans et demi, et, depuis 2 semaines se réveille la nuit (sauf si on l’emmène se défouler durant la journée).  De plus, lorsqu’elle se réveille en pleine nuit, elle ne veut plus dormir dans son lit. Je dois la coucher avec moi car elle nous dit qu’il y a des monstres dans sa chambre…

 

« L’enfant, tout comme l’adulte, a besoin de se dépenser durant la journée (activité extérieure, jeu en intérieur, stimulation sociale, relationnelle, intellectuelle…) pour générer de la fatigue.

Vous avez donc parfaitement compris comment fonctionne votre tout-petit : il a besoin de se défouler !

 

Par ailleurs, vers 2 ans, l’enfant peut passer par une phase de « peur de la nuit ». Et cette phase est tout à fait normal ! Il peut avoir peur du « loup » ou du « monstre » qu’il va voir dans les livres et va avoir besoin d’être rassuré. Vous pouvez alors le réconforter avec un « doudou protecteur », une veilleuse et en verbalisant ses craintes : « je comprends que tu ais peur du loup, mais il ne peut rien t’arriver, il n’y en a pas ici, ou dans la maison, ou dans notre ville, etc. Si tu veux on peut vérifier ensemble dans ta chambre ». Le jeune enfant a besoin d’être accompagné pour se sentir en sécurité dans l’endroit où il dort.

 

Il est aussi important de ne pas alimenter cette crainte en parlant d’une soi-disant existence du loup dans la maison et en évitant les injonctions telles que : « Si tu n’es pas sage, le loup viendra dans ta chambre ». De la même manière, son lit doit être un espace de bien-être dans lequel il se sent bien, et non pas un lieu de punition. Dans la mesure du possible, il faut éviter les expressions telles que « si tu n’es pas sage, tu vas aller au lit. »

 

 

Il est important de noter aussi que les enfants, tout comme les adultes, peuvent avoir des micro-réveils durant la nuit. C’est très fréquent chez l’adulte et nous ne nous en rendons pas forcément compte. Chez l’enfant, ces micro-réveils peuvent provoquer un réveil total. S’il sait se rendormir seul, cela va passer inaperçu, en revanche si ce n’est pas le cas, il va interpeller son parent.

 

Tout comme l’enfant apprend seul à marcher, il apprendra seul à dormir. L’adulte peut l’accompagner dans ces apprentissages avec douceur et bienveillance mais ne peut pas faire à sa place.

C’est une période parfois difficile à passer, mais rassurez-vous cela rentrera dans l’ordre avec le temps. Dans la mesure du possible, essayez de lâcher-prise…

 

Pour comprendre le sommeil des tout-petits et l’accompagner avec bienveillance, découvrez ce livre : Dormir sans larmes : les découvertes de la science du sommeil de 0 à 6 ans, de Rosa Jové.

Partagez cet article

Partager sur Facebook Partager sur Viadeo Partager sur Twitter Partager sur Linkedin


Retrouvez toutes nos paroles de professionnels