paroles de professionnels

Mieux comprendre son enfant avec la communication gestuelle

14/05/2018


Dès son plus jeune âge, le tout-petit communique avec son entourage. Par ses regards, ses pleurs, ses gestes, ses bâillements, ses mimiques et ses sourires, le bébé exprime ses besoins et ses ressentis. Mais lorsqu’il n’a pas encore les mots, il lui est parfois compliqué de se faire comprendre de l’adulte.

 

Dans la communication avec l’enfant, le langage non verbal est aussi important que le langage oral. Apprendre à s’exprimer à l’aide de signes et de gestes peut alors être un véritable outil ludique pour le parent qui permet à la fois de faciliter les échanges et de renforcer les liens avec son enfant.

 

Mais qu’est-ce que la communication gestuelle ? Quels sont les bénéfices pour l’enfant ? Et comment la mettre en pratique ?

 

 

La communication gestuelle associée à la parole, qu’est-ce que c’est ?

 

La communication gestuelle associée à la parole est le fait d’utiliser des gestes ou « signes », inspirés de la Langue des Signes Française (LSF), pour appuyer certains mots du quotidien de l’enfant comme « dormir », « encore », « manger » en plus de la parole de l’adulte. Il ne s’agit pas d’apprendre la langue des signes, qui est une langue complexe avec sa syntaxe, son vocabulaire et sa grammaire, et diffèrent quelquefois des signes utilisés dans la communication gestuelle mais d’emprunter uniquement certains mots de vocabulaire pour exprimer des besoins essentiels.

 

En associant toujours un signe au même mot et en le répétant – car c’est dans la répétition que l’enfant construit ses apprentissages – le tout-petit va peu à peu comprendre que les deux ont la même signification. Il pourra alors, s’il le souhaite, utiliser le signe pour communiquer, à défaut de pouvoir encore prononcer le mot.

 

 

Quels sont les bienfaits pour l’enfant ?

 

Très tôt, le bébé comprend plusieurs mots mais n’est pas en mesure de les dire, ce qui peut être une source de frustration pour lui mais aussi pour l’adulte qui peine à décrypter ses signaux. Dès le plus jeune âge, l’enfant est toutefois capable de communiquer à l’aide de gestes : il pointe du doigt les objets, fait coucou avec sa main pour dire au revoir... L’apprentissage de nouveaux signes peut donc l’aider à exprimer plus facilement ses besoins, ce qui permet de diminuer son sentiment de frustration et améliore sa confiance en lui. L’enfant est fier d’être compris plus rapidement qu’avec des pleurs par exemple.

 

Utiliser des gestes avec son enfant peut également aider le parent à adopter de bonnes attitudes de communication : se mettre à la hauteur de l’enfant, le regarder, parler moins vite, prendre son temps... La communication gestuelle associée à la parole offre ainsi une occasion supplémentaire de nouer une grande complicité parent-enfant et s’inscrit dans une démarche d’éducation positive et bienveillante avec son tout-petit.

 

La communication gestuelle associée à la parole n’a pas d’impact négatif sur l’acquisition du langage, bien au contraire ! C’est un outil ludique qui accompagne la parole mais qui ne la remplace pas. Au fur et à mesure que l’enfant réussit à prononcer le mot, il se peut que le signe disparaisse progressivement car son utilité devient moindre.

 

 

Et concrètement, comment commencer ?

 

De manière très naturelle, il se peut que vous utilisiez déjà de nombreux signes pour communiquer avec votre enfant : le doigt sur la bouche pour dire « chut », frapper des mains pour dire « bravo », ouvrir les bras pour un câlin... Pour des signes moins intuitifs, c’est dans la Langue des signes que vous pourrez chercher l’inspiration, en gardant à l’esprit que la notion de plaisir est capitale.

 

Pour débuter, choisir 3 ou 4 mots que vous estimez les plus courants dans vos échanges avec votre enfant, et les associer à un signe ou geste. Il est important d’introduire les signes un par un, en les associant toujours au même mot.

 

On estime qu’une dizaine de signes suffit à améliorer la communication avec l’enfant ; inutile de vouloir en introduire plus !

Il n’y pas d’âge ni de règles pour commencer ou arrêter de « signer ». Le principal est d’être à l’écoute de vos envies et des besoins de votre enfant. C’est entre 6 et 18 mois – période à laquelle l’enfant commence à imiter son entourage – que les premiers retours signés peuvent intervenir.

 

 

N’oubliez pas, chaque enfant est unique et évolue à son rythme : s’il n’est pas réceptif aux signes, inutile d’insister. Cherchez, en regardant votre enfant, la façon dont il exprime ses besoins et ayez confiance en vous et en votre capacité à les décrypter !

 

Partagez cet article

Partager sur Facebook Partager sur Viadeo Partager sur Twitter Partager sur Linkedin


Retrouvez toutes nos paroles de professionnels