paroles de professionnels

Prendre des risques pour grandir

16/03/2018


Le tout petit est naturellement curieux du monde qui l’entoure. Il explore et appréhende son environnement à travers son corps et le mouvement. Cette exploration est pour lui source d’acquisition de connaissance et de savoirs ; alors laissons les bouger ! Pour autant, comment favoriser son autonomie, le laisser expérimenter et assurer sa protection physique ?

 

 

 

Respecter le rythme de son développement moteur 

 

L’enfant a la capacité, par un processus fluide et harmonieux, de passer spontanément de la position couchée sur le dos à la marche. A chaque nouvelle étape, se mettre assis, se relever, il va prendre le temps de consolider ses nouvelles acquisitions ; ainsi, chaque étape s’appuie sur la précédente. Par ce processus, l’enfant acquiert une connaissance de son propre corps , en teste les limites, acquiert progressivement l’équilibre par sa propre initiative lorsqu’il se sent prêt. Il développe alors une confiance en lui et en ses compétences qui lui permettra d’acquérir ensuite d’autres capacités motrices (faire du vélo, sauter les marches) à son rythme et en toute sécurité.

 

 

 

Lui faire confiance

 

Le plus souvent, si l’enfant entreprend un jeu ou aborde une situation qui semble risquée à son parent, c’est qu’il s’en sent capable. Encourager ce sentiment, l’accompagner de façon bienveillante, lui montrer qu’on lui fait confiance va l’aider à se construire, à développer de l’estime de soi et à aborder de nouveaux défis (il en a besoin !) en toute sécurité.

En revanche, l’enfant surprotégé par son entourage ne connait pas ses limites et ses capacités motrices ; il peut alors se mettre en danger, incapable qu’il est de reconnaître le danger. Inversement, l’enfant surstimulé et poussé par son entourage qui le met au défi ne saura pas évaluer les risques qu’il encourt.

 

 

Gérer ses propres émotions

 

Le plus souvent, lorsque l’enfant aborde une situation jugée « dangereuse », le parent est inquiet parce qu’il imagine le pire. Prendre de la distance et se poser la question du risque réel pour l’enfant permet le plus souvent de se rassurer. Une chute du muret où l’enfant est monté serait-elle aussi grave que je le crains ?

 

Rester à proximité de l’enfant pour apporter une assistance si nécessaire et assurer une protection à distance permet à l’enfant de faire une expérience en toute sécurité pour lui (vous êtes là si besoin…) et rassure le parent.

 

Anticiper le risque en aménageant l’espace pour minimiser les dangers (porte du four sécurisé, bords de la table basse protégés…) permet de laisser l’enfant évoluer librement sans inquiétude.

 

Aider l’enfant à apprivoiser et évaluer le risque, c’est aussi donner des explications et les répéter plusieurs fois pour qu’il les intègre.

 

Petit à petit, le parent découvre alors les capacités étonnantes et insoupçonnées de son enfant.

 

 

Partagez cet article

Partager sur Facebook Partager sur Viadeo Partager sur Twitter Partager sur Linkedin


Retrouvez toutes nos paroles de professionnels