paroles de professionnels

Quels jouets disposer autour de votre bébé ?

17/04/2015


Animé par un élan naturel de curiosité, l’enfant est capable d’initier spontanément une activité, même lorsqu’il ne marche pas. Bien penser et organiser l’espace de jeu l’aidera à s’éveiller à son rythme et favorisera son autonomie. Voici quelques exemples d’aménagements et de jouets proposés en crèche dont vous pouvez vous inspirer à la maison.

 

Lorsque l’enfant ne se déplace pas encore, il est conseillé d’allonger le bébé au sol, sur un tapis pas trop mou afin que l’enfant puisse s’y appuyer pour se retourner. Commencez par disposer un objet de chaque côté de l’enfant puis deux.

 

            

Quelques exemples de jouet.

 

Découvrir et grandir en toute sécurité

Dès la naissance, l’enfant est capable de suivre du regard un objet. Vers 3-4 mois, il commence à saisir volontairement ses mains et quelques objets. Les objets mis à sa disposition doivent donc être légers (moins de 20g).  Les jouets en tissus avec des parties bien différenciés (cou, oreilles, tige, pattes…) comme les animaux, les livres, les hochets sont d’excellentes propositions ! L’enfant peut les saisir en toute simplicité et en toute sécurité, les détails étant brodés. S’il les lâche et les reçoit sur lui, l’enfant ne se fera pas mal et pourra les rattraper facilement. Ces objets permettent également d’éveiller les sens du tout-petit. Il les attrape, les serre, les éloigne, les rapprochent, les tâte, les porte à sa bouche, les agite… Leurs couleurs éveillent son intérêt.

 

Développer sa force et la motricité fine

Lorsque l’enfant ne se déplace pas encore, mieux vaut éviter de proposer  des jouets qui roulent.

Allongé sur le ventre, l’enfant peut jouer avec un porte-savon fixé au sol par des ventouses. Il le tâte du bout des doigts, le gratte, le manie dans tous les sens, le tord et, en tentant de le décoller, expérimente sa force. Une grande satisfaction ! Les pyramides simples sont également très appréciées. Les anneaux constituent de formidables objets de manipulations. Légers, l’enfant les tient d’abord d’une main puis les passe d’une main à l’autre ou les agrippe à deux mains,… Autant de mouvements qui favorisent la rotation des poignets et l’individualisation des doigts.

 

Plus tard, lorsqu’il bouge sur le tapis, l’enfant porte davantage les objets à sa bouche. Plus habile, il adapte mieux sa préhension aux différents poids et formes des objets !  

 

Tenir, lâcher, reprendre,… et devenir acteur de ses gestes

A ce stade, l’enfant est capable de lâcher volontairement les jouets… ce qui lui procure un grand plaisir ! Cela lui permet  d’aiguiser  son « pouvoir de décision » sur son environnement et de devenir acteur de ses gestes ! Privilégiez donc les objets légers et manipulables : livres d’images simples cartonnés, livres de bain plastiques ou encore carrés de tissus colorés qui  présentent l’avantage de pouvoir être  « faits maison » ! De préhension facile, ces objets permettent également à l’enfant de faire de nombreuses découvertes sensorielles. Après l’avoir observé, l’enfant tâte le tissu et l’attrape par hasard. Il le regarde en suivant les mouvements de la main qui le tient et le mâchouille. Si par hasard, il tombe sur son visage, l’enfant s’en débarrasse aisément.

 

Accepter que les objets disparaissent

L’enfant découvre aussi la permanence des objets. Il commence à comprendre que les objets ne disparaissent pas comme par magie et pour toujours : ils continuent d’exister même s’ils ne sont plus visibles ! Tous les jeux de coucou et de cachette l’aident à accepter que les objets, comme les personnes, vont, viennent, s’en vont et reviennent ! Des expériences sécurisantes qui lui permettront de bien vivre, plus tard, les séparations, notamment avec ses parents. Vous pouvez devenir de véritables partenaires de jeux avec les parties de «coucou-caché».

 

Vous pouvez aussi mettre à sa disposition des petites coupelles en inox. L’enfant découvre des sensations et des bruits nouveaux mais aussi le reflet de son visage ou de sa main dans l’objet. C’est l’occasion de faire toutes sortes d’expérimentations : faire apparaître et disparaître l’image, mettre la coupelle sur sa tête, la remplir, la vider, …

 

Peu à peu, votre enfant tentera des expériences plus audacieuses. Il essayera, par exemple, de s’asseoir sur les coupelles voire dedans. Des premiers déplacements qui favoriseront, petit à petit, la marche !

 

©Babilou

Partagez cet article

Partager sur Facebook Partager sur Viadeo Partager sur Twitter Partager sur Linkedin


Retrouvez toutes nos paroles de professionnels