actualités et communiqués de presse

Rapport Terra Nova : L’égalité des chances se joue dès la crèche

12/09/2017


Le think tank Terra Nova a présenté le 31 mai 2017, un rapport ambitieux pour la petite enfance : « Investissons dans la petite enfance – L’égalité des chances se joue avant la maternelle ». Ce groupe de travail entend sensibiliser le gouvernement à un mode d’accueil du jeune enfant centré sur la qualité. Ce rapport met en lumière le rôle majeur que la crèche a à jouer pour lutter contre les inégalités.

 

Intervenir avant 3 ans pour favoriser l’égalité des chances

 

Le rapport Terra Nova indique que le décrochage scolaire, le taux de chômage et la faible compétitivité de la France pourraient être endigués dès le plus jeune âge de l’enfant, lorsque son cerveau est en pleine maturation. C’est-à-dire pendant la période la plus importante de son développement, entre 0 et 3 ans.

 

Plus tôt on agit, mieux c’est ! D’autant plus dans les environnements précaires où un enfant issu d’une famille défavorisée, à partir de 4 ans, a entendu 30 millions de mots de moins qu’un enfant de famille aisée et maîtrise deux fois moins de mots en moyenne. Avant même leur entrée en maternelle, une forte proportion d’enfants sont déjà touchés par des difficultés que l’école peine souvent à résorber au cours des dix années suivantes. 

 

Selon le rapport, accueillir les enfants dans des lieux d’accueil de haute qualité pédagogique permettrait de réduire ces inégalités.

 

 

L’investissement éducatif le plus rentable pour la société

 

Les montants considérables investis dans la requalification professionnelle, la lutte contre le décrochage ou la prévention de l’échec scolaire pourraient être endigués en amont si les jeunes adultes avaient bénéficié de hautes qualités éducatives dès leur plus jeune âge, selon le rapport.

 

Le projet Carolina Abecedarian l’a prouvé en mettant en place des programmes de préscolarisation à destination d’enfants issus de milieu défavorisés entre 0 et 5 ans (sessions de lecture individualisées, jeux autour du langage à l’occasion des repas, insistance sur le développement social et émotionnel en même temps que cognitif, implication très forte des parents…). Chaque enfant ayant bénéficié de ce programme a été suivi pendant plusieurs décennies jusqu’à l’âge de 40 ans, afin de pouvoir en mesurer l’impact sur sa vie d’adulte. Les résultats sont saisissants : meilleure réussite scolaire, accès à l’enseignement supérieur plus large, chômage plus faible et meilleurs revenus, meilleure santé, moindre risque de délinquance.

 

Créer plus de places en crèches et de meilleure qualité

 

La France compte parmi les pays les plus porteurs de solutions de garde mais doit aller encore plus loin dans le développement de la pédagogie. Selon le rapport, la crèche doit aussi être envisagée comme un lieu d’éducation à destination de ceux qui en ont le plus besoin car un enfant issu d’une famille pauvre a, aujourd’hui, 5% de chances d’être accueilli en crèche alors qu’un enfant issu d’une famille aisée à 4,5 fois plus de chances. »

 

La qualité pédagogique de la crèche doit être un objectif aussi important que la fonction de garde d’enfants. La petite enfance doit être conçue comme un moment à part entière de l’éducation. On ne doit plus centrer l’attention uniquement sur le soin, la santé et le développement psychomoteur mais aussi sur l’éveil éducatif.

 

Le rapport Terra Nova propose pour cela de s’intéresser aux innovations pédagogiques mises en place dans d’autres pays. En somme, penser mondial pour agir en local !

 

Par ailleurs, le rapport indique qu’il est nécessaire de créer de nouvelles places en crèches pour répondre à la demande croissante des familles, et plus particulièrement des familles en difficulté. Il ne s’agit pas d’évincer les parents qui bénéficient actuellement d’une place en crèche mais de créer plus de places pour accueillir davantage de familles modestes.

 

Il suggère la création de 40 000 places de crèches supplémentaires par le nouveau gouvernement durant le quinquennat, dans les territoires qui en ont le plus besoin : les quartiers populaires et zones rurales. Le rapport encourage aussi vivement la transparence dans l’attribution de ces places.

 

Des recommandations sur l’accompagnement à la parentalité

 

Pour offrir des lieux d’accueil de haute qualité pédagogique, il est aussi important d’envisager la petite enfance du point de vue du parent. L’offre de soutien et de conseils aux familles doit être renforcée. Le parent doit être accompagné de manière bienveillante dans son rôle d’éducateur et pas seulement sur des enjeux liés à la santé de l’enfant (sommeil, alimentation, vaccins…).

 

Pour cela les lieux d’accueil du jeune enfant (crèches mais aussi PMI, lieux d’accueil parents-enfants, etc…) doivent être soutenus par les responsables nationaux avec des moyens suffisants et des dispositifs efficaces éclairés par la recherche scientifique.

 

En s’appuyant sur des projets de recherches-actions, le rapport Terra Nova recommande vivement l’expérimentation, l’évaluation, l’adaptation aux modes de vie des familles pour transformer les lieux d’accueil du jeune enfant et lutter dès le plus jeune âge contre les inégalités. Il est essentiel de faire comprendre au gouvernement que la petite enfance est un véritable outil pour l’accompagnement des adultes de demain, l’égalité des chances et la réussite de tous.

 

 

Rapport Terra Nova et Rapport Giampino : deux conceptions différentes

Le rapport Terra Nova est une piste de réflexion et de propositions qui n’est pas nécessairement partagée par tous. Alors que ce rapport insiste sur la pédagogie, l’éducation avec une prévention active, des objectifs et des évaluations pour une réussite future, le rapport Giampino, remis en 2016 à Laurence Rossignol, ancienne Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, préconise la prévention prévenante centrée sur le développement de l’enfant, son épanouissement et la notion de prime éducation.

Les deux rapports préconisent des réformes portées par le gouvernement pour un accueil de qualité dans les crèches avec une ambition commune : accompagner l’enfant dès son plus jeune âge afin de favoriser l’égalité des chances.  

 

 

L’avis de Dominique Boursier, Directrice Petite Enfance du groupe Babilou :

 

Nous ne pouvons qu’être en accord avec la proposition d’ouvrir davantage les établissements d’accueil à toutes les familles, quelle que soit leur catégorie sociale et leur situation vis-à-vis de l’emploi.

 

Cependant, cibler les différences d’acquisition du langage en fonction des classes sociales peut paraitre stigmatisante. Nous préconisons davantage l’accompagnement à la parentalité plutôt qu’adopter, dans nos structures, des méthodes « comportementalistes » qui ne nous semblent pas allier plaisir et apprentissage, un lien pourtant largement démontré par les neurosciences aujourd‘hui.

 

La relation, l’interaction affective, l’estime de soi, la confiance en soi sont des notions étrangement absentes du Rapport Terra Nova, concernant l’acquisition du langage.

 

Pour ces raisons, la Direction Petite Enfance Babilou a souhaité lié davantage sa philosophie pédagogique aux axes de réflexion présents dans le rapport de Sylviane Giampino, l’accent y étant justement mis sur la relation enfant/parent et parent/professionnel, afin d’entourer les touts-petits d’une attention prévenante, d’accompagner leurs parents en renforçant la confiance en leur compétence parentale, sans jugement ni stigmatisation.

 

C’est avant tout dans le plaisir que les enfants apprennent et développent toutes leurs potentialités !

Rapport Terra Nova : L’égalité des chances se joue dès la crèche

Partagez cet article

Partager sur Facebook Partager sur Viadeo Partager sur Twitter Partager sur Linkedin


Retrouvez toutes nos actualités