actualités et communiqués de presse

Journée de la non-violence éducative : accueillons les émotions des enfants avec bienveillance

02/05/2017


La journée de la non-violence éducative est l’occasion pour Babilou de réaffirmer que l’épanouissement des tout-petits n’est possible qu’avec un accompagnement bienveillant et positif. Pour cela, les adultes doivent comprendre, accueillir et accompagner l’expression de leurs émotions.

 

Une émotion est une réaction du corps face à une stimulation ou une modification de l’environnement.

Petits et grands, nous éprouvons tous des émotions : peur, colère, tristesse, joie, etc. Elles ont une fonction indispensable à notre relation au monde. Elles nous permettent de s’adapter aux situations.

Exemples :

  • la tristesse permet l’acceptation de la réalité, de la perte ;
  • la joie est liée au plaisir de recevoir ou de donner, au sentiment de réalisation de soi ;
  • la peur nous met en situation de défense pour affronter le danger ;
  • la colère permet d’exprimer son mécontentement ou son désaccord pour accepter la frustration.

 

Les émotions nous renseignent également sur ce que nous sommes, sur ce qui est bon pour nous et sur nos besoins. Elle a donc un sens, une intention.

 

Le fonctionnement des émotions

Une émotion dure 90 secondes.

Elle se déroule en 3 temps : Charge – Tension – Décharge

La décharge est l’étape où la tension est évacuée ; ce sont les pleurs, les cris, les mots de colère…

Après la décharge, le retour à l’équilibre devient possible…

Si la décharge est empêchée : L’organisme reste sous tension, les émotions sont refoulées…

Encourager l’expression de l’émotion, c’est permettre à l’enfant de se constituer une personnalité solide, une sécurité intérieure stable.

 

Décharger les émotions par le mouvement

Une émotion est une réaction du corps ; pour décharger, il est donc indispensable de faire agir l’enfant sur son corps ou d’agir sur son corps…

Un enfant de 2 à 6 ans a du mal à gérer ses émotions, à leur donner un sens et surtout à freiner ses impulsions. Alors il utilise son corps pour manifester tout ce qu’il ressent à l’intérieur de lui. Quand il est content, par exemple, il saute littéralement de joie !

Il est donc important de donner à l’enfant des occasions de courir, grimper, sauter, tirer dans un ballon…

Pleurer, respirer, souffler, crier, écrire ou dessiner sont aussi de bons moyens pour libérer les tensions…

L’activité physique et les exercices corporels, en libérant les tensions, s’apparentent à de la relaxation.

En grandissant, l’enfant va peu à peu intérioriser ses émotions et de moins en moins utiliser son corps pour les exprimer. Le mouvement va de plus en plus céder la place à la pensée.

 

L’amour n’est pas une récompense mais un carburant

Toute interaction bienveillante ou sensation corporelle positive provoque la sécrétion d’ocytocine, hormone qui procure du bien-être, du plaisir à vivre, de l’estime de soi, aide à être empathique et à avoir des relations sociales…

Le réservoir affectif de l’enfant se remplit alors ; il va pouvoir affronter les situations difficiles pour lui (frustration, stress…).

Tout ce que l’on donne à son enfant aura une incidence positive sur l’individu qu’il deviendra, accompagnons-le avec bienveillance.

 

Journée de la non-violence éducative : accueillons les émotions des enfants avec bienveillance

Partagez cet article

Partager sur Facebook Partager sur Viadeo Partager sur Twitter Partager sur Linkedin


Retrouvez toutes nos actualités